Babacar Ngom Contre les Paysans de Ndingler: des 76 hectares mal acquis à la sortie maladroite de sa fille Anta sur Facebook

La presse n’en fait pas ses choux gras. Mais le contentieux foncier qui oppose le milliardaire Babacar Ngom et les paysans de la Commune de Ndingler (département de Mbour) est loin de susciter l’indifférence du peuple sénégalais.

Suite à des attaques sur les Réseaux sociaux contre le patron de la SEDIMA et non moins président du Club des Investisseurs du Sénégal (CIS) qui est dépeint comme « un puissant riche qui veut dépouiller de pauvres cultivateurs de leurs terres », sa fille Anta Babacar Ngom, Directrice générale de SEDIMA, a cru bon de monter au créneau, en utilisant le même canal (Facebook) pour défendre son employeur de père.

Seulement, elle s’y est un peu mal pris. Dans le texte qu’elle a publié sur sa page Facebook, la dame Ngom avoue que c’est 224 des 300 hectares obtenus par l’entreprise de son père à Sindia (département Mbour) qui « ont acquis le statut de Titre Foncier suivant un décret présidentiel signé en 2019 (par le Président Macky Sall, ndlr) au nom de la SEDIMA ». Ce qui veut dire que les 76 hectares qui constituent la source du contentieux n’ont jamais fait l’objet de délibération.

À l’origine du problème une délibération irrégulière de 300 hectares de la Commune de Sindia pour SEDIMA
En effet, après vérification faite par PressAfrik, SEDIMA a bien acquis 224 hectares de terres dans la commune de Sindia. Mais cette dernière a ensuite délibéré 76 autres hectares, qui se trouvaient dans la superficie de la Commune de Ndiaganiao, en faveur du milliardaire Babacar Ngom. En de plus simples termes, la Commune de Sindia a fait une délibération sur 300 hectares alors qu’elle n’en avait que 224 à disposition. D’où la source du problème actuel avec les paysans qui ne veulent pas laisser leurs terres à un autre qui prétexte un gros investissement.
D’ailleurs le fameux décret présidentiel dont parle Anta Babacar Ngom n’a pas été signé en 2019 comme elle le prétend. C’est le décret 2015-548 du 23 avril 2015, publié au Journal Officiel numéro 6858 du 27 juin 2015 (cela va faire 5 ans demain samedi 27 juin 2020).

Depuis le début de cette affaire, Babacar Ngom et ses collaborateurs ont tout fait pour faire céder les populations de Ndingler. En vain ! Ils ont même tenté l’intimidation en envoyant des hommes armés. Mais les paysans sont décidés à garder leurs terres.

Selon une source qui suit ce dossier de près, il y a deux semaines, le fils de Babacar Ngom s’est pointé avec des tracteurs pour détruire les plantations des cultivateurs dans une partie de cette superficie de 76 hectares. Il y a eu des échauffourées et la gendarmerie s’est interposée pour éviter le pire.

La sortie maladroite de la fille du milliardaire sur Facebook avant d’effacer son post