fbpx
Accueil Blog

(Photos) Comment Ousmane Sonko a réconcilié Barthelemy Dias et Me Moussa Diop chez lui

Quand Ousmane Sonko réconcilie Barthelemy Dias et Me Moussa Diop chez lui

Mariage Daba Ndiaye VIP Sagnsé – Les tristes témoignages de sa mère, son père craque : «dieukeureum Mokoko Mayye»

Mariage Daba Ndiaye VIP Sagnsé – Les tristes témoignages de sa mère, son père craque : «dieukeureum Mokoko Mayye»

Plainte de Pape Djibril Fall contre le groupe « Topou Cas » : Toute la vérité sur l’affaire

Les internautes se sont réveillé avec ce titre qui barre la Une de nombreux médias sociaux « Le journaliste Pape Djibril Fall porte plainte contre le groupe facebook topou cas ». Pour en savoir plus, Sanslimitesn a joint le journaliste qui dit son étonnement devant cette information qui est une fake news.

En effet le groupe Facebbok ” topou cas” a été mis en place par des internautes, avides de commérages et ragots sur la vie des célébrités et icônes des médias. Cette semaine, le groupe a pris pour cible le talentueux journaliste Pape Djibril Fall de la Tfm. Avec des commentaires aux allures de haine viscérale et propos aigres doux, certains membres du groupe ont sortie une information faisant état d’une plainte déposée par le journaliste contre l’administratrice du groupe. Sanslimitesn a donc contacté le sieur Fall pour en connaître d’avantage sur la plainte. A notre grande surprise PDF comme on l’appelé dans le milieu, a démenti l’information. « Je n’ai porté plainte contre personne, je tiens à le souligner dit-il ».

Le brillant chroniqueur de l’émission « Jakarlo  » de la Tfm, subit ces derniers beaucoup d’attaques surtout de ses confrères de la presse et des hommes politiques qui le reproche ses prises de positions et ses analyses qui très souvent ne sont pas favorable à l’état.

Des citoyens portugais signent une pétition contre un Sénégalais, pour « incitation à la haine »

Au Portugal, une pétition a été signée par des milliers de citoyens, et adressée au Procureur général, pour que le Sénégalais Mamadou Ba, soit jugé pour « discours d’incitation à la haine ».

Les reproches faits à Mamadou Bâ, leader du mouvement SOS Racisme

Lors d’une conférence sur « le racisme et la progression des discours de haine dans le monde », le leader du mouvement SOS Racisme, Mamadou Bâ, a fait une déclaration qualifiée par des citoyens Portugais, « d’incitation à la haine ». En effet, le Sénégalais, aurait appelé au génocide de l’homme blanc, pour « empêcher la mort du sujet politique noir ».

La riposte des citoyens portugais !

Les propos du Sénégalais ont indigné plusieurs internautes, qui par la suite, ont déposé une pétition au bureau du Procureur général contre l’individu en question. « Nous nous sentons physiquement menacés par ce discours. Nous avons le sentiment que la liberté et la vie peuvent être en danger », expliquent les signataires de la pétition. Selon ces derniers également, la justice doit agir avant que des personnes innocentes en payent les pots cassés.

Metrodakar

SenTv : Kocc Barma promet de dévoiler les images compromettantes de cette animatrice

La terreur de femmes est de retour. Kocc est revenu à la charge pour menacer une animatrice de la SenTv.

L’ennemi public numéro un tant recherché et jusque à insaisissable promet de dévoiler les images compromettante d’une animatrice très en vue de la télévision de Bougane Dani.

Sur ses comptes des réseaux sociaux, Kocc a publié la photo de l’animatrice, sa prochaine victime…

Wait and see!

Pour une histoire de Bouillon, sa “Dieuwrigne” lui lacère le bras

L’étudiante Nd.F Boye et la restauratrice de leur Dahira M.Ndao  se sont crêpés  les chignons à cause d’un bouillon que la première aurait mis dans la marmite.  La première nommée  s’est retrouvée avec un bras lacéré et la seconde a passé 15 jours en prison.

Selon le quotidien le Soleil, le jour de l’événement religieux, M. Ndao, responsable de Dahira, était en train de superviser la préparation du diner. Seulement, après assaisonnement, Nd. F.Boye a jugé le goût pas assez relevé. Elle a tout bonnement mis deux bouillons. Ce qui n’a pas plu à M Ndao qui estimait avoir tout équilibré.

Après en avoir fait la remarque à l’étudiante, celle-ci lui rétorque sèchement: «Je l’ai déjà mis dans la marmite». Après des échanges houleux, une bagarre s’en est suivie» explique le journal  qui ajoute qu’ après avoir été séparées, Nd, F. Boye a été attaquée par surprise par la restauratrice. Après plaidoirie M. Ndao a été reconnu coupable et condamnée à 03 mois dont 15 jours ferme. Elle doit allouer la somme de 150 000 francs Cfa à Nd. F. Boye.

Touba : un garçon de 12 ans poignarde à mort son camarade

Drame à Touba à la gare routière de Dahra. El Hadji Diop, âgé de 12 ans a été poignardé à mort par son camarade dénommé Mouhamed Sylla lors d’une bagarre.

Le présumé meurtrier a été appréhendé par la police de Dianatou et le corps du jeune Diop acheminé à la morgue de l’hôpital Matlaboul Fawzeini par les éléments des sapeurs pompiers. La police poursuit son enquête pour élucider cette affaire de meurtre.

Un bébé mort dans un effondrement à la Médina : le film de l’horreur

Abdoulaye Barry, un bébé de 2 ans, a succombé des suites de l’effondrement d’une dalle d’un immeuble situé à la Rue 41 X 30, à la Médina. Renseignement pris sur place, le bâtiment R+2 en question fait partie des 120 menaçant ruine répertoriés par les services de Bamba Fall, le maire du populeux quartier de Dakar. Le drame s’est produit hier nuit, vers les coups de 01 heure du matin.

“A la date du 17 août, le Sous-préfet de Dakar-Plateau, nous avait adressé une correspondance nous demandant la cartographie des bâtiments menaçant ruine à la Médina. A la date du 26, j’avais moi-même déposé ça sous bordereau à la Sous-préfecture. Nous avons répertorié 120 bâtiments menaçants à la Médina”, explique Pape Amadou SY, le Directeur des services techniques de la commune de la Médina – Agent de voirie.

Toutefois, il s’empresse d’ajouter : “mais il y a un fait marquant, quand on répertorie, le plus souvent, on s’oppose au refus catégorique des locataires de donner le nom des propriétaires des maisons. Parce que ce bâtiment, sur le dossier adressé à la Sous-préfecture, n°48, il s’agit d’un bâtiment non identifié. Au niveau de la Mairie, nous avons fait notre rôle. Parce que nous avons, comme stipulé par le Sous-préfet, déposé sous bordereau, la cartographie des bâtiments menaçant ruine.”

Se dédouanant, le contrôleur accuse les autorités administratives : “les Mairies n’ont pas les moyens pour démolir les bâtiments. A notre niveau, ce que nous pouvons, c’est établir un arrêté de péril, prescrivant l’évacuation immédiate de l’immeuble. Document qui a été remis au représentant du propriétaire un certain monsieur Kane.” Hier, les sapeurs-pompiers de la protection civile ont procédé à l’évacuation du bâtiment. “Mais des locataires ne voulaient pas sortir de l’immeuble. Avec nos agents, on les a fait sortir, et j’ai moi-même scellé le bâtiment”, confie SY.

Toutefois, dans ce dossier, le scellé tardant à se faire, le pire est advenu, emportant un bébé.

Chez les familles délogées, trouvées installées sur une natte, en face des lieux du drame, le désarroi est à son comble car ne sachant plus à quel saint se vouer. Parmi elles, Mariama Barry, 19 ans, la maman éplorée, une Guinéenne d’origine, qui a toujours vécu au Sénégal. Elle est assise adossée au mur de la maison en face, indifférente aux mouvements alentours. Les traits tirés, ses voisines ont dû presque la secouer pour qu’elle réagisse à nos sollicitations.

Elle rembobine le film de l’horreur, d’une voix presque éteinte : “le drame est arrivé, vers une heure du matin, quand j’avais commencé à ranger mon étal devant la maison. Au début, je pensais que c’était un malotru qui nous jetait des pierres. C’est sur ces entrefaites que je me suis décalée afin de voir ce qui se passait. Ne voyant rien du tout, j’ai dit à mon grand-frère de ramener mon fils qui dormait sur une natte à ses côtés, dans la chambre. C’est là que le pire s’est produit. Avec mon grand-frère, malgré ses blessures, on a conduit le petit à Abass Ndoa. De là-bas, on nous a renvoyés à Fann. Là, on m’a dit de rentrer mais je ne savais pas qu’il était mort. Ils me l’ont caché. Mon grand-frère est resté parce qu’il était blessé. Mon mari est actuellement à l’hôpital. C’était un petit très adorable. Tout le quartier était tombé sous son charme. Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit.”

“C’était un petit garçon très adorable. Tout le quartier était sous son charme”

Poursuivant, elle ajoute : “on vivait dans cette maison parce qu’on n’avait pas trop le choix, bien qu’on soit à l’étroit et qu’il fasse très chaud. On payait 60 mille F CFA, la chambre. Avant de venir ici, on habitait dans une maison sise à la Rue 37. Le bâtiment était bien entretenu mais un beau jour, le propriétaire nous a sommés de quitter, arguant qu’il voulait réfectionner le bâtiment. Mais on n’est pas fous, on a compris qu’il voulait nous chasser pour augmenter le loyer. C’est ainsi que nous nous sommes rabattus sur ce bâtiment. C’était il y a un an. Depuis lors, les gens n’ont eu de cesse de nous avertir du danger mais on n’avait vraiment pas le choix. On payait 60 mille F CFA, sans compter les 9 mille F CFA défalqué pour l’électricité, et 8 mille 500 F CFA, pour l’eau alors qu’on ne disposait du liquide précieux que tard dans la nuit, entre 03 et 04 heures du matin. Même en période de froid, on crevait de chaud à l’intérieur. On négociait avec monsieur Kane, son représentant mais le propriétaire est un certain Abdoulaye BA ou Diallo, je ne m’en rappelle plus. Mais il empruntait un ton menaçant avec nous. “Quiconque ne peut pas payer, n’a qu’à sortir de ma maison”, nous menaçait-il. On a passé la nuit sur cette natte, sans fermer l’œil. On ne sait pas où aller”.

Des blessés dont l’oncle du bébé

Ibrahima Barry, le grand frère en question, dormant à poings fermés sur un petit matelas posé à côté, présente des blessures au niveau du bras et un pansement sur le crâne.

L’enquête suit son cours. L’adjoint au Sous-préfet, le commissaire de la police du 4e arrondissement de la Médina, et le fameux représentant du propriétaire sont attendus sur place. Monsieur Kane, qui est annoncé à l’hôpital, devra décanter la situation des locataires, qui réclament la restitution de leurs deux mois de caution pour se reloger.

Emediasn

(Video) Ndoye Bane tire sur Guy Marius Sagna : “Dafa Attaqué Sama Serigne, Na Respecté”

Ndoye Bane tire sur Guy Marius Sagna : “Dafa Attaqué Sama Serigne, Na Respecté”

(Vidéo) Le Groupe WhatsApp de Ahmed Aidara qui fait le buzz

Le Groupe WhatsApp de Ahmed Aidara qui fait le buzz