Sonko interpelle Macron : « il n'y a pas un sentiment anti-français, il y a un sentiment pro-africain »

A Londres, en marge du sommet de l’Otan, le président français, Emmanuel Macron dit vouloir obtenir des « réponses claires et assumées » sur la question de la présence des troupes françaises au Sahel, tout en demandant « la fin de l’ambiguïté qui persiste à l’égard des mouvements anti-français, parfois portés par des responsables politiques ».

En ce sens, il a invité les présidents du Mali, du Burkina Faso, du Niger, du Tchad et de la Mauritanie à le retrouver le 16 décembre à Pau à une réunion autour de l’engagement antijihadiste de la France dans la région.

« il n’y a pas un sentiment anti-français, il y a un sentiment pro-africain. Les africains ont désormais compris et ça ne peut pas continuer », a réagi le député sénégalais Ousmane Sonko, lors du vote du budget du ministère de l’économie.