Aliou Cissé persiste et signe: «Qui suis-je pour ne pas être critiqué ?

En plus de l’absence de fond de jeu de manière globale depuis son arrivée sur le banc des Lions en 2015, Aliou Cissé a été encore très critiqué cette semaine, notamment avec le nouveau système en 3-5-2 utilisé contre le Congo (0-0), vendredi passé. En conférence de presse d’avant match Sénégal-Eswatini, le sélectionneur des Lions dit y être habitué d’abord en 17 ans de carrière puis plus de 5 en tant qu’entraîneur. Et que cela n’affectera en rien sa philosophie.

«On espère encore redémarrer avec ce système»

«Parmi les 30 joueurs convoqués, il y a pas mal de nouveaux. L’objectif de ces deux matchs, c’est de les aider à mieux s’intégrer. Et puis on est en train de peaufiner notre stratégie, ce 5-3-2 qu’on n’a eu à jouer contre le Congo. On espère encore redémarrer avec ce système. L’état d’esprit est bon à part quelques blessés à déplorer comme Abdou Diallo qui est incertain. On verra s’il pourra jouer ou pas».

«Ces deux matchs nous permettront de pouvoir évoluer dans ce système»

«Dans chaque système qu’on met en place, il faut du temps. Ce n’est pas du jour au lendemain que tout sera parfait. Nous sommes conscients depuis le début que pour qu’un système soit huilé, il faut du temps. C’est un système sur lequel on a réfléchi depuis le mois de novembre avec le staff et les joueurs cadres. Nous l’avons fait contre le Congo et nous avions envie de le répéter contre l’Eswatini».

«Krépin, il n’y a rien de grave»

«Krépin Diatta a eu une béquille contre le Congo mais apparemment il n’y a rien de grave, il reprend les entrainements aujourd’hui (hier)».

«Je suis habitué aux critiques»

«Je n’ai pas à réagir aux critiques, je suis là pour travailler. Je fais mon travail du mieux que je peux. Les critiques, ce n‘ est pas nouveau. Ça fait 25 ans maintenant que je suis dans ce métier. 17 ans de football professionnel. Je suis habitué aux critiques. Ça ne m’empêche pas d’aller avec mes idées, ma philosophie et faire des résultats. Tout le monde est critiqué. Je ne suis pas le premier sélectionneur à être critiqué. Les grands hommes, responsables dans tous les secteurs de ce pays sont critiqués. Qui suis-je pour ne pas être critiqué ?»

«Il est important de renouer avec la victoire»

«C’est un match intéressant et important pour nous étant donné que nous n’avons pas gagné contre Congo. L’objectif qu’on s’était donné, c’était de gagner les 6 matchs. Il est important de renouer avec la victoire. Nous voulons jouer pour gagner et finir ces éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2022 avec un bon résultat».

«Contre l’Eswatini, il faut s’attendre à des changements»

«On ne pourra peut-être pas faire jouer tous les 30 joueurs mais je pense que les deux matchs servent à ça. Contre l’Eswatini, il faut s’attendre à des changements. L’objectif c’était d’appeler des joueurs et leur donner la possibilité de pouvoir les voir. Dans la composition d’équipe du match contre le Congo, il y a eu quand même 5 joueurs qui honoraient leur  deuxième sélection ou des nouveaux. Donc 50% de l’équipe qui a joué contre Congo. Je trouve que c’est bien. L’équipe nationale, c’est une porte d’entrée et de sortie et quand on a des matchs dans des situations où on est déjà qualifié, il est important de donner la chance aux autres. Tous ces essais qu’on est en train de faire, c’est parce qu’on est sur la  dernière ligne droite. Si nous ne le faisons pas au mois de mars, après ce sont des matchs officiels qui vont suivre et il sera difficile d’essayer».

«Il nous tient à cœur de bien jouer ce match et de gagner avec la manière»

En équipe nationale tous les matchs sont importants. Ce dernier match a son importance. Nous jouons toujours pour gagner et faire des résultats positifs. C’est un pari que j’avais fait pour faire du 6/6, on n’a pas pu le faire. Il nous tient à cœur de bien jouer ce match et de gagner avec la manière».