Grève de la faim : Luc Nicolaï vomit du sang

Ce sont des nuits et jours rouges que vit le grand promoteur de lutte Luc Nicolaï.
Après son transfèrement de la prison de Saint-Louis à la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Thiès, le promoteur de lutte avait entamé une grève de la faim. Vu la dégradation de son état de santé, il a été admis, il y a une semaine, (au lendemain du démarrage de sa grève de la faim) aux urgences de l’hôpital Amadou Sakhir Ndiéguène avant de retourner à sa cellule au niveau de la Mac.
Refusant catégoriquement de se nourrir, Luc Nicolaï était presque au bord de la rupture. Avec l’intervention de ses avocats dont Me Baboucar Cissé, Luc Nicolaï a décidé d’interrompre pour le moment sa diète. Selon l’Observateur, « lundi dernier, le promoteur  de lutte a vomi beaucoup de sang, après être resté plusieurs jours sans s’alimenter ». 
Autre élément sur cette affaire, renseigne l’Obs, c’est « la contrainte par corps » brandie par le ministre de la justice. Selon Me Baboucar Cissé la contrainte par corps n’a pas été mise en branle par la partie civile.  « Il ne résulte pas du dossier que Luc Nicolaï est en prison pour exécution de la contrainte par corps. Sa détention est arbitraire et il doit être immédiatement mis en liberté », a déclaré dans les colonnes de l’Obs, Me Cissé.