« Qu’est-ce que je vous ai fait ? » : les derniers mots de Mouammar Kadhafi aux rebelles avant sa mort

Né le 7 juin en 1942 près de Syrte, l’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi était le fils d’un agriculteur bédouin. Kadhafi était si brillant à l’école qu’il a obtenu son diplôme de l’Université de Libye en 1963.

Il a obtenu son diplôme de l’académie militaire libyenne en 1965, gravissant régulièrement les échelons.

Peu impressionné par le règne du roi Idrīs et la domination des ressortissants étrangers comme les Italiens et les Juifs dans le pays, Kadhafi, avec d’autres officiers ont planifié le renversement du monarque.

Le 1er septembre 1969, Kadhafi et ses hommes ont pris le contrôle du pays par un coup d’État sans effusion de sang. Il était commandant en chef des forces armées et président du nouvel organe directeur de la Libye, le Conseil de commandement de la révolution (CCR). Il a rapidement formé la République arabe libyenne, avec pour devise « liberté, socialisme et unité. »

En 1970, il a décidé de retirer les bases militaires américaines et britanniques de la Libye. En 1973, il avait nationalisé tous les actifs pétroliers étrangers du pays, une décision que les pays occidentaux ne lui ont jamais pardonnée. Il a également interdit les boissons alcoolisées et les jeux d’argent, conformément à ses propres principes islamiques stricts.

Le CCR a lancé un processus d’affectation de fonds à l’éducation, aux soins de santé et au logement pour tous. L’éducation publique dans le pays est devenue gratuite et l’enseignement primaire obligatoire pour les deux sexes. Les soins médicaux sont devenus gratuits pour le public.

Sous le règne de Kadhafi, le revenu par habitant dans le pays a atteint plus de 11 000 USD, le cinquième plus élevé en Afrique.

Pendant 42 ans, jusqu’à sa mort en octobre 2011, Kadhafi a accompli des exploits impressionnants pour améliorer la vie de son peuple.

Selon son livre vert, les Libyens devaient posséder une maison, car c’était un droit fondamental. Le Livre vert était sa philosophie politique, publiée pour la première fois en 1975.

La Libye de Kadhafi possédait l’un des meilleurs services de santé du Moyen-Orient et d’Afrique. L’éducation et les traitements médicaux étaient tous gratuits.

L’électricité était gratuite, l’essence bon marché et la banque d’État accordait des prêts aux citoyens à zéro pour cent. Il n’y avait pas de dette extérieure.

Mais surtout, Kadhafi a fait passer le niveau d’éducation des Libyens de 25 %, lorsqu’il est arrivé au pouvoir, à 87 %.

Début 2011, une guerre civile a éclaté dans le contexte plus large du « printemps arabe ». Les forces rebelles anti-Kadhafi ont formé un comité nommé le Conseil national de transition le 27 février 2011. Il devait agir en tant qu’autorité intérimaire dans les zones contrôlées par les rebelles. Cependant, les forces armées de l’État ont réussi à réprimer le soulèvement. La France et la Grande-Bretagne ont ensuite coopté Obama dans ce qui deviendra une coalition multinationale dirigée par la force de l’OTAN pour essentiellement entrer en guerre contre la Libye. Ils avaient besoin de l’Amérique pour la puissance de feu.

Le 21 mars 2011, l’offensive a été lancée. Pour mettre la pression sur Kadhafi, la Cour pénale internationale a lancé un mandat d’arrêt contre lui et son entourage le 27 juin 2011. Le 20 août 2011, Tripoli, la capitale de la Libye, était tombée aux mains des rebelles, Kadhafi faisant de Syrte la nouvelle capitale.Publicité 2

Un drone américain et français a frappé le convoi qui tentait de faire sortir Kadhafi de Syrte et a détruit une douzaine de véhicules. Un Kadhafi blessé et ses agents immédiats ont dû se précipiter dans un tunnel. Il ne fallut pas longtemps pour que les rebelles suivant la piste du sang retrouvent le chef qui avait échappé à la capture pendant des mois.

Le 20 octobre 2011, lorsque Kadhafi a été récupéré dans l’égout pluvial, saignant abondamment d’une profonde blessure sur le côté gauche de sa tête, de son bras et d’autres blessures au cou et au torse, il aurait demandé à ses ravisseurs : « Qu’est-ce que je vous ai fait ? »

La question « Qu’est-ce que je vous ai fait ? » est poignante. Les rebelles et leurs partisans occidentaux ont affirmé que Kadhafi avait été évincé en raison de l’abus des droits des citoyens, ainsi que de son refus de céder le pouvoir. C’est peut-être sa tentative d’introduire une monnaie africaine unique liée à l’or afin de pouvoir introduire et seulement faire le commerce du dinar d’or africain qui aurait plongé l’économie mondiale dans le chaos, mais qui aurait libéré les nations africaines de la dette et de la pauvreté.

Crédit photo : facetofaceafrica