Le plan de l’Angleterre pour finir la Premier League

Les championnats sont à l’arrêt et tout le monde réfléchit à comment finir ses compétitions nationales. La Premier League a déjà plusieurs plans en tête.
Alors que l’Angleterre attend tardivement son pic sur l’épidémie du coronavirus, les dirigeants de la Premier League se demandent déjà comment ils vont pouvoir finir les compétitions nationales. Comme en France, où Didier Quillot, le directeur général de la Ligue de football professionnel (LFP), et sa présidente, Nathalie Boy de la Tour, l’ont répété, l’objectif est bien de finir les compétitions nationales, même si celles-ci doivent aller au-delà du 30 juin.

C’est a priori ce qui va être le cas en Angleterre. En effet, ce dimanche, The Telegraph révèle que les dirigeants anglais ont un plan. Celui-ci consisterait déjà à reprendre la compétition à huis-clos le 1er juin (alors que l’Italie imagine reprendre le 3 mai) et de jouer ainsi six semaines pour espérer finir au milieu du mois de juillet, aux alentours du 11, même pour la FA Cup. Cela permettrait aussi d’avoir quatre semaines pour préparer les joueurs à une nouvelle saison.

Jeudi dernier, l’EFL et la Premier League se sont mis d’accord pour qu’il n’y ait aucun match dans le Royaume jusqu’au 30 avril, mais cette date devrait évidemment être un brin prolongée. Le plan du 1er juin susmentionné satisferait, a priori les diffuseurs que sont BT sport et Sky Sports. Et surtout cela permettrait de commencer la saison prochaine à l’heure et ainsi pouvoir empocher la totalité des 9, 2 milliards de livres sterling sur ce cycle de droits télévisuels.

A LIRE  Ballon d’or 2019, Sadio Mané : « C’est un complexé », El Hadji Diouf tacle sévèrement Habib Béye (vidéo)

Toutefois, un problème va se poser concernant les fins de contrat des joueurs au 30 juin même si la Fédération internationale de football se penche déjà sur le sujet. En plus de tout cela, « l’EFL élabore un plan de sauvetage de 50 millions de livres sterling pour ses clubs », écrit le média anglais. Les formations britanniques ne savent pas encore de quoi demain sera fait mais semblent en tout cas parées à tout pour terminer leurs compétitions.